Bible du Chemin Testament Kardecien ©

L’Évangile

 <<< 


Introduction


(I)   (II)   (III)   (IV)

II — AUTORITÉ DE LA DOCTRINE SPIRITE

CONTRÔLE UNIVERSEL DE L’ENSEIGNEMENT DES ESPRITS

1 Si la doctrine spirite était une conception purement humaine, elle n’aurait pour garant que les lumières de celui qui l’aurait conçue ; or personne ici-bas ne saurait avoir la prétention fondée de posséder à lui seul la vérité absolue. 2 Si les Esprits qui l’ont révélée se fussent manifestés à un seul homme, rien n’en garantirait l’origine, car il faudrait croire sur parole celui qui dirait avoir reçu leur enseignement. En admettant de sa part une parfaite sincérité, tout au plus pourrait-il convaincre les personnes de son entourage ; il pourrait avoir des sectaires, mais il ne parviendrait jamais à rallier tout le monde.


3 Dieu a voulu que la nouvelle révélation arrivât aux hommes par une voie plus rapide et plus authentique ; c’est pourquoi il a chargé les Esprits d’aller la porter d’un pôle à l’autre, en se manifestant partout, sans donner à personne le privilège exclusif d’entendre leur parole. 4 Un homme peut être abusé, peut s’abuser lui-même ; il n’en saurait être ainsi quand des millions voient et entendent la même chose : c’est une garantie pour chacun et pour tous. 5 D’ailleurs on peut faire disparaître un homme, on ne fait pas disparaître des masses ; on peut brûler les livres, mais on ne peut brûler les Esprits ; or, brûlât-on tous les livres, la source de la doctrine n’en serait pas moins intarissable, par cela même qu’elle n’est pas sur la terre, qu’elle surgit de partout, et que chacun peut y puiser. A défaut des hommes pour la répandre, il y aura toujours les Esprits, qui atteignent tout le monde et que personne ne peut atteindre.


6 Ce sont donc en réalité les Esprits qui font eux-mêmes la propagande, à l’aide des innombrables médiums qu’ils suscitent de tous les côtés. S’il n’avait eu qu’un interprète unique, quelque favorisé qu’il fût, le Spiritisme serait à peine connu ; cet interprète lui-même, à quelque classe qu’il appartînt, eût été l’objet de préventions de la part de beaucoup de gens ; toutes les nations ne l’eussent pas accepté, tandis que les Esprits, se communiquant partout, à tous les peuples, à toutes les sectes et à tous les partis, sont acceptés par tous ; 7 le Spiritisme n’a pas de nationalité ; il est en dehors de tous les cultes particuliers ; il n’est imposé par aucune classe de la société, puisque chacun peut recevoir des instructions de ses parents et de ses amis d’outre-tombe. Il fallait qu’il en fût ainsi pour qu’il pût appeler tous les hommes à la fraternité ; s’il ne se fût pas placé sur un terrain neutre, il aurait maintenu les dissensions au lieu de les apaiser.


8 Cette universalité dans l’enseignement des Esprits fait la force du Spiritisme ; là aussi est la cause de sa propagation si rapide ; tandis que la voix d’un seul homme, même avec le secours de l’imprimerie, eut mis des siècles avant de parvenir à l’oreille de tous, voilà que des milliers de voix se font entendre simultanément sur tous les points de la terre pour proclamer les mêmes principes, et les transmettre aux plus ignorants comme aux plus savants, afin que personne ne soit déshérité. C’est un avantage dont n’a joui aucune des doctrines qui ont paru jusqu’à ce jour. 9 Si donc le Spiritisme est une vérité, il ne craint ni le mauvais vouloir des hommes, ni les révolutions morales, ni les bouleversements physiques du globe, parce qu’aucune de ces choses ne peut atteindre les Esprits.


10 Mais ce n’est pas le seul avantage qui résulte de cette position exceptionnelle ; le Spiritisme y trouve une garantie toute-puissante contre les schismes que pourraient susciter soit l’ambition de quelques-uns, soit les contradictions de certains Esprits. 11 Ces contradictions sont assurément un écueil, mais qui porte en soi le remède à côté du mal.


12 On sait que les Esprits, par suite de la différence qui existe dans leurs capacités, sont loin d’être individuellement en possession de toute la vérité ; qu’il n’est pas donné à tous de pénétrer certains mystères ; que leur savoir est proportionné à leur épuration ; que les Esprits vulgaires n’en savent pas plus que les hommes, et moins que certains hommes ; qu’il y a parmi eux, comme parmi ces derniers, des présomptueux et des faux savants qui croient savoir ce qu’ils ne savent pas ; des systématiques qui prennent leurs idées pour la vérité ; enfin que les Esprits de l’ordre le plus élevé, ceux qui sont complètement dématérialisés, ont seuls dépouillé les idées et les préjugés terrestres ; mais on sait aussi que les Esprits trompeurs ne se font pas scrupule de s’abriter sous des noms d’emprunt, pour faire accepter leurs utopies. 13 Il en résulte que, pour tout ce qui est en dehors de l’enseignement exclusivement moral, les révélations que chacun peut obtenir ont un caractère individuel sans authenticité ; qu’elles doivent être considérées comme des opinions personnelles de tel ou tel Esprit, et qu’il y aurait imprudence à les accepter et à les promulguer légèrement comme des vérités absolues.


14 Le premier contrôle est sans contredit celui de la raison, auquel il faut soumettre, sans exception, tout ce qui vient des Esprits ; 15 toute théorie en contradiction manifeste avec le bon sens, avec une logique rigoureuse, et avec les données positives que l’on possède, de quelque nom respectable qu’elle soit signée, doit être rejetée. 16 Mais ce contrôle est incomplet dans beaucoup de cas, par suite de l’insuffisance des lumières de certaines personnes, et de la tendance de beaucoup à prendre leur propre jugement pour unique arbitre de la vérité. En pareil cas, que font les hommes qui n’ont pas en eux-mêmes une confiance absolue ? Ils prennent l’avis du plus grand nombre, et l’opinion de la majorité est leur guide. Ainsi doit-il en être à l’égard de l’enseignement des Esprits, qui nous en fournissent eux-mêmes les moyens.


17 La concordance dans l’enseignement des Esprits est donc le meilleur contrôle ; 18 mais il faut encore qu’elle ait lieu dans certaines conditions. La moins sûre de toutes, c’est lorsqu’un médium interroge lui-même plusieurs Esprits sur un point douteux ; il est bien évident que, s’il est sous l’empire d’une obsession, ou s’il a affaire à un Esprit trompeur, cet Esprit peut lui dire la même chose sous des noms différents. Il n’y a pas non plus une garantie suffisante dans la conformité qu’on peut obtenir par les médiums d’un seul centre, parce qu’ils peuvent subir la même influence.


19 La seule garantie sérieuse de l’enseignement des Esprits est dans la concordance qui existe entre les révélations faites spontanément, par l’entremise d’un grand nombre de médiums étrangers les uns aux autres, et dans diverses contrées.


20 On conçoit qu’il ne s’agit point ici des communications relatives à des intérêts secondaires, mais de ce qui se rattache aux principes mêmes de la doctrine. L’expérience prouve que lorsqu’un principe nouveau doit recevoir sa solution, il est enseigné spontanément sur différents points à la fois, et d’une manière identique, sinon pour la forme, du moins pour le fond.


21 Si donc il plaît à un Esprit de formuler un système excentrique, basé sur ses seules idées et en dehors de la vérité, on peut être certain que ce système restera circonscrit, et tombera devant l’unanimité des instructions données partout ailleurs, ainsi qu’on en a déjà eu plusieurs exemples. 22 C’est cette unanimité qui a fait tomber tous les systèmes partiels éclos à l’origine du Spiritisme, alors que chacun expliquait les phénomènes à sa manière, et avant qu’on ne connût les lois qui régissent les rapports du monde visible et du monde invisible.


23 Telle est la base sur laquelle nous nous appuyons quand nous formulons un principe de la doctrine ; ce n’est pas parce qu’il est selon nos idées que nous le donnons comme vrai ; nous ne nous posons nullement en arbitre suprême de la vérité, et nous ne disons à personne : « Croyez telle chose, parce que nous vous le disons. » Notre opinion n’est à nos propres yeux qu’une opinion personnelle qui peut être juste ou fausse, parce que nous ne sommes pas plus infaillible qu’un autre. Ce n’est pas non plus parce qu’un principe nous est enseigné qu’il est pour nous la vérité, mais parce qu’il a reçu la sanction de la concordance.


24 Dans notre position, recevant les communications de près de mille centres spirites sérieux, disséminés sur les divers points du globe, nous sommes à même de voir les principes sur lesquels cette concordance s’établit ; c’est cette observation qui nous a guidé jusqu’à ce jour, et c’est également celle qui nous guidera dans les nouveaux champs que le Spiritisme est appelé à explorer. 25 C’est ainsi qu’en étudiant attentivement les communications venues de divers côtés, tant de la France que de l’étranger, nous reconnaissons, à la nature toute spéciale des révélations, qu’il y a tendance à entrer dans une nouvelle voie, et que le moment est venu de faire un pas en avant. Ces révélations, parfois faites à mots couverts, ont souvent passé inaperçues pour beaucoup de ceux qui les ont obtenues ; beaucoup d’autres ont cru les avoir seuls. 26 Prises isolément, elles seraient pour nous sans valeur ; la coïncidence seule leur donne de la gravité ; puis, quand le moment est venu de les livrer au grand jour de la publicité, chacun alors se rappelle avoir reçu des instructions dans le même sens. C’est ce mouvement général que nous observons, que nous étudions, avec l’assistance de nos guides spirituels, et qui nous aide à juger de l’opportunité qu’il y a pour nous de faire une chose ou de nous abstenir.


27 Ce contrôle universel est une garantie pour l’unité future du Spiritisme, et annulera toutes les théories contradictoires. C’est là, que, dans l’avenir, on cherchera le critérium de la vérité. 28 Ce qui a fait le succès de la doctrine formulée dans le Livre des Esprits et dans le Livre des Médiums, c’est que partout chacun a pu recevoir directement des Esprits la confirmation de ce qu’ils renferment. Si, de toutes parts, les Esprits fussent venus les contredire, ces livres auraient depuis longtemps subi le sort de toutes les conceptions fantastiques. L’appui même de la presse ne les eût pas sauvés du naufrage, tandis que, privés de cet appui, ils n’en ont pas moins fait un chemin rapide, parce qu’ils ont eu celui des Esprits, dont le bon vouloir, a compensé, et au-delà, le mauvais vouloir des hommes. Ainsi en sera-t-il de toutes les idées émanant des Esprits ou des hommes qui ne pourraient supporter l’épreuve de ce contrôle, dont personne ne peut contester la puissance.


29 Supposons donc qu’il plaise à certains Esprits de dicter, sous un titre quelconque, un livre en sens contraire ; supposons même que, dans une intention hostile, et en vue de discréditer la doctrine, la malveillance suscitât des communications apocryphes, quelle influence pourraient avoir ces écrits, s’ils sont démentis de tous côtés par les Esprits ? C’est de l’adhésion de ces derniers qu’il faudrait s’assurer avant de lancer un système en leur nom. Du système d’un seul à celui de tous, il y a la distance de l’unité à l’infini. 30 Que peuvent même tous les arguments des détracteurs sur l’opinion des masses, quand des millions de voix amies, parties de l’espace, viennent de tous les coins de l’univers, et dans le sein de chaque famille les battre en brèche ? L’expérience, sous ce rapport, n’a-t-elle pas déjà confirmé la théorie ? Que sont devenues toutes ces publications qui devaient, soi-disant, anéantir le Spiritisme ? Quelle est celle qui en a seulement arrêté la marche ? Jusqu’à ce jour on n’avait pas envisagé la question sous ce point de vue, l’un des plus graves, sans contredit ; chacun a compté sur soi, mais sans compter avec les Esprits.


31 Le principe de la concordance est encore une garantie contre les altérations que pourraient faire subir au Spiritisme les sectes qui voudraient s’en emparer à leur profit, et l’accommoder à leur guise. 32 Quiconque tenterait de le faire dévier de son but providentiel échouerait, par la raison bien simple que les Esprits, par l’universalité de leur enseignement, feront tomber toute modification qui s’écarterait de la vérité.


33 Il ressort de tout ceci une vérité capitale, c’est que quiconque voudrait se mettre à la traverse du courant d’idées établi et sanctionné pourrait bien causer une petite perturbation locale et momentanée, mais jamais dominer l’ensemble, même dans le présent, et encore moins dans l’avenir.


34 Il en ressort de plus que les instructions données par les Esprits sur les points de la doctrine non encore élucidés ne sauraient faire loi, tant qu’elles resteront isolées ; qu’elles ne doivent, par conséquent, être acceptées que sous toutes réserves et à titre de renseignement.


35 De là la nécessité d’apporter à leur publication la plus grande prudence ; et, dans le cas où l’on croirait devoir les publier, il importe de ne les présenter que comme des opinions individuelles, plus ou moins probables, mais ayant, dans tous les cas, besoin de confirmation. C’est cette confirmation qu’il faut attendre avant de présenter un principe comme vérité absolue, si l’on ne veut être accusé de légèreté ou de crédulité irréfléchie.


36 Les Esprits supérieurs procèdent dans leurs révélations avec une extrême sagesse ; ils n’abordent les grandes questions de la doctrine que graduellement, à mesure que l’intelligence est apte à comprendre des vérités d’un ordre plus élevé, et que les circonstances sont propices pour l’émission d’une idée nouvelle. C’est pour quoi, dès le commencement, ils n’ont pas tout dit, et n’ont pas encore tout dit aujourd’hui, ne cédant jamais à l’impatience des gens trop pressés qui veulent cueillir les fruits avant leur maturité. 37 Il serait donc superflu de vouloir devancer le temps assigné à chaque chose par la Providence, car alors les Esprits vraiment sérieux refusent positivement leur concours ; mais les Esprits légers, se souciant peu de la vérité, répondent à tout ; c’est pour cette raison que, sur toutes les questions prématurées, il y a toujours des réponses contradictoires.


38 Les principes ci-dessus ne sont point le fait d’une théorie personnelle, mais la conséquence forcée des conditions dans lesquelles les Esprits se manifestent. Il est bien évident que, si un Esprit dit une chose d’un côté, tandis que des millions d’Esprits disent le contraire ailleurs, la présomption de vérité ne peut être pour celui qui est seul ou à peu près de son avis ; or prétendre avoir seul raison contre tous serait aussi illogique de la part d’un Esprit que de la part des hommes. 39 Les Esprits vraiment sages, s’ils ne se sentent pas suffisamment éclairés sur une question, ne la tranchent jamais d’une manière absolue ; ils déclarent ne la traiter qu’à leur point de vue, et conseillent eux-mêmes d’en attendre la confirmation.


40 Quelque grande, belle et juste que soit une idée, il est impossible qu’elle rallie, dès le début, toutes les opinions. Les conflits qui en résultent sont la conséquence inévitable du mouvement qui s’opère ; ils sont même nécessaires pour mieux faire ressortir la vérité, et il est utile qu’ils aient lieu au commencement pour que les idées fausses soient plus promptement usées. 41 Les spirites qui en concevraient quelques craintes doivent donc être parfaitement rassurés. Toutes les prétentions isolées tomberont, par la force des choses, devant le grand et puissant critérium du contrôle universel.


42 Ce n’est pas à l’opinion d’un homme qu’on se ralliera, c’est à la voix unanime des Esprits ; ce n’est pas un homme, pas plus nous qu’un autre, qui fondera l’orthodoxie spirite ; ce n’est pas non plus un Esprit venant s’imposer à qui que ce soit : c’est l’universalité des Esprits se communiquant sur toute la terre par l’ordre de Dieu ; là est le caractère essentiel de la doctrine spirite ; là est sa force, là est son autorité. Dieu a voulu que sa loi fût assise sur une base inébranlable, c’est pourquoi il ne l’a pas fait reposer sur la tête fragile d’un seul.


43 C’est devant ce puissant aréopage, qui ne connaît ni les coteries, ni les rivalités jalouses, ni les sectes, ni les nations, que viendront se briser toutes les oppositions, toutes les ambitions, toutes les prétentions à la suprématie individuelle ; que nous nous briserions nous-même, si nous voulions substituer nos propres idées à ses décrets souverains ; c’est lui seul qui tranchera toutes les questions litigieuses, qui fera taire les dissidences, et donnera tort ou raison à qui de droit. Devant cet imposant accord de toutes les voix du ciel, que peut l’opinion d’un homme ou d’un Esprit ? Moins que la goutte d’eau qui se perd dans l’Océan, moins que la voix de l’enfant étouffée par la tempête.


44 L’opinion universelle, voilà donc le juge suprême, celui qui prononce en dernier ressort ; elle se forme de toutes les opinions individuelles ; si l’une d’elles est vraie, elle n’a que son poids relatif dans la balance ; si elle est fausse, elle ne peut l’emporter sur toutes les autres. Dans cet immense concours, les individualités s’effacent, et c’est là un nouvel échec pour l’orgueil humain.


45 Cet ensemble harmonieux se dessine déjà ; or ce siècle ne passera pas qu’il ne resplendisse de tout son éclat, de manière à fixer toutes les incertitudes ; car d’ici là des voix puissantes auront reçu mission de se faire entendre pour rallier les hommes sous le même drapeau, dès que le champ sera suffisamment labouré. 46 En attendant, celui qui flotterait entre deux systèmes opposés peut observer dans quel sens se forme l’opinion générale : c’est l’indice certain du sens dans lequel se prononce la majorité des Esprits sur les divers points où ils se communiquent ; c’est un signe non moins certain de celui des deux systèmes qui l’emportera.



Il y a une image de ce chapitre dans le service Google - Recherche de livres (Quatrième édition - 1868).


.

Ouvrir