Bible du Chemin Testament Kardecien ©

La Genèse

 <<< 


LES PRÉDICTIONS SELON LE SPIRITISME

Chapitre XVII


PRÉDICTIONS DE L’ÉVANGILE

     Nul n’est prophète en son pays. (1, 2) — Mort et passion de Jésus. (3-9) — Persécution des apôtres. (10-13) — Villes impénitentes. (14) — Ruine du Temple et de Jérusalem. (15-21) — Malédiction aux pharisiens. (22, 23) — Mes paroles ne passeront point. (24-26) — La pierre angulaire. (27, 28) — Parabole des vignerons homicides. (29, 30) — Un seul troupeau et un seul pasteur. (31, 32) — Avènement d’Elie. (33, 34) — Annonce du Consolateur. (35-42) — Second avènement du Christ. (43-46) — Signes précurseurs. (47-58) — Vos fils et vos filles prophétiseront. (59-61) — Jugement dernier. (62-67)


UN SEUL TROUPEAU ET UN SEUL PASTEUR


31 — J’ai encore d’autres brebis qui ne sont pas de cette bergerie : il faut aussi que je les amène ; elles écouteront ma voix, et il n’y aura qu’un troupeau et un pasteur (Saint Jean, ch. X, v. 16).


32 — Par ces paroles, Jésus annonce clairement qu’un jour les hommes se rallieront à une croyance unique ; mais comment cette unification pourrait-elle se faire ? 2 La chose paraît difficile, si l’on considère les différences qui existent entre les religions, l’antagonisme qu’elles entretiennent entre leurs adeptes respectifs, leur obstination à se croire en possession exclusive de la vérité. 3 Toutes veulent bien l’unité, mais toutes se flattent qu’elle se fera à leur profit, et aucune n’entend faire de concession à ses croyances.

4 Cependant, l’unité se fera en religion comme elle tend à se faire socialement, politiquement, commercialement, par l’abaissement des barrières qui séparent les peuples, par l’assimilation des mœurs, des usages, du langage ; 5 les peuples du monde entier fraternisent déjà, comme ceux des provinces d’un même empire ; on pressent cette unité, on la désire. 6 Elle se fera par la force des choses, parce qu’elle deviendra un besoin pour resserrer les liens de fraternité entre les nations ; 7 elle se fera par le développement de la raison humaine qui fera comprendre la puérilité de ces dissidences ; 8 par le progrès des sciences qui démontre chaque jour les erreurs matérielles sur lesquelles elles s’appuient, et détache peu à peu les pierres vermoulues de leurs assises. 9 Si la science démolit, dans les religions, ce qui est l’œuvre des hommes et le fruit de leur ignorance des lois de la nature, elle ne peut détruire, malgré l’opinion de quelques-uns, ce qui est l’œuvre de Dieu et l’éternelle vérité ; en déblayant les accessoires, elle prépare les voies de l’unité.

10 Pour arriver à l’unité, les religions devront se rencontrer sur un terrain neutre, cependant commun à toutes ; pour cela, toutes auront à faire des concessions et des sacrifices plus ou moins grands, selon la multiplicité de leurs dogmes particuliers. 11 Mais, en vertu du principe d’immuabilité qu’elles professent toutes, l’initiative des concessions ne saurait venir du camp officiel ; au lieu de prendre leur point de départ d’en haut, elles le prendront d’en bas par l’initiative individuelle. 12 Il s’opère depuis quelque temps un mouvement de décentralisation qui tend à acquérir une force irrésistible. 13 Le principe d’immuabilité, que les religions ont considéré jusqu’ici comme une égide conservatrice, deviendra un élément destructeur, attendu que les cultes s’immobilisant, tandis que la société marche en avant, ils seront débordés, puis absorbés dans le courant des idées de progression.

14 L’immobilité, au lieu d’être une force, devient une cause de faiblesse et de ruine pour qui ne suit pas le mouvement général ; elle rompt l’unité, parce que ceux qui veulent aller en avant se séparent de ceux qui s’obstinent à rester en arrière.

15 Dans l’état actuel de l’opinion et des connaissances, la religion qui devra rallier un jour tous les hommes, sous un même drapeau, sera celle qui satisfera le mieux la raison et les légitimes aspirations du cœur et de l’esprit ; 16 qui ne sera sur aucun point démentie par la science positive ; 17 qui, au lieu de s’immobiliser, suivra l’humanité dans sa marche progressive sans se laisser jamais dépasser ; 18 qui ne sera ni exclusive ni intolérante ; 19 qui sera émancipatrice de l’intelligence en n’admettant que la foi raisonnée ; 20 celle dont le code de morale sera le plus pur, le plus rationnel, le plus en harmonie avec les besoins sociaux, le plus propre enfin à fonder sur la terre le règne du bien, par la pratique de la charité et de la fraternité universelles.

21 Ce qui entretient l’antagonisme entre les religions, c’est l’idée qu’elles ont chacune leur dieu particulier, et leur prétention d’avoir le seul vrai et le plus puissant, qui est en hostilité constante avec les dieux des autres cultes, et occupé à combattre leur influence. 22 Quand elles seront convaincues qu’il n’y a qu’un seul Dieu dans l’univers et que, en définitive, c’est le même qu’elles adorent sous les noms de Jéhovah, Allah ou Deus ; quelles seront d’accord sur les attributs essentiels, elles comprendront qu’un être unique ne peut avoir qu’une seule volonté ; elles se tendront la main comme les serviteurs d’un même Maître et les enfants d’un même Père, et elles auront fait un grand pas vers l’unité.



Il y a deux images de ce chapitre dans le service Google - Recherche de livres (Première édition - 1868) et (Cinquième édition - 1872)


.

Ouvrir