Bible du Chemin Testament Kardecien ©

Le Livre des Esprits — Livre II

 <<< 


Chapitre IX


INTERVENTION DES ESPRITS DANS LE MONDE CORPOREL

1. Pénétration de notre pensée par les Esprits (456-458) 2. Influence occulte des Esprits sur nos pensées et sur nos actions (459-472) — 3. Des possédés (473-480) — 4. Convulsionnaires (481-483) — 5. Affection des Esprits pour certaines personnes (484-488) — 6. Anges gardiens ; Esprits protecteurs, familiers ou sympathiques (489-521) — 7. Pressentiments (522-524) — 8. Influence des Esprits sur les événements de la vie (525-535) — 9. Action des Esprits sur les phénomènes de la nature (536-540) — 10. Les Esprits pendant les combats (541-548) — 11. Des pactes (549, 550) — 12. Pouvoir occulte. Talismans. Sorciers (551-556) — 13. Bénédiction et malédiction (557)


Pénétration de notre pensée par les Esprits.


456 Les Esprits voient-ils tout ce que nous faisons ?

1 « Ils peuvent le voir, puisque vous en êtes sans cesse entourés ; 2 mais chacun ne voit que les choses sur lesquelles il porte son attention ; car pour celles qui lui sont indifférentes, il ne s’en occupe pas. »


457 Les Esprits peuvent-ils connaître nos plus secrètes pensées ?

1 « Souvent, ils connaissent ce que vous voudriez vous cacher à vous-mêmes ; 2 ni actes, ni pensées ne peuvent leur être dissimulés. »


a — D’après cela, il semblerait plus facile de cacher une chose à une personne vivante, que nous ne pouvons le faire à cette même personne après sa mort ?

1 « Certainement, 2 et quand vous vous croyez bien cachés, vous avez souvent une foule d’Esprits à côté de vous qui vous voient.


458 Que pensent de nous les Esprits qui sont autour de nous et qui nous observent ?

1 « Cela dépend. 2 Les Esprits follets se rient des petites tracasseries qu’ils vous suscitent et se moquent de vos impatiences. 3 Les Esprits sérieux vous plaignent de vos travers et tâchent de vous aider. »


Influence occulte des Esprits sur nos pensées et sur nos actions.


459 Les Esprits influent-ils sur nos pensées et sur nos actions ?

1 « Sous ce rapport leur influence est plus grande que vous ne croyez, 2 car bien souvent ce sont eux qui vous dirigent. »


460 Avons-nous des pensées qui nous sont propres, et d’autres qui nous sont suggérées ?

1 « Votre âme est un Esprit qui pense ; 2 vous n’ignorez pas que plusieurs pensées vous arrivent à la fois sur un même sujet, et souvent bien contraires les unes aux autres ; eh bien ! il y en a toujours de vous et de nous ; c’est ce qui vous met dans l’incertitude, parce que vous avez en vous deux idées qui se combattent. »


461 Comment distinguer les pensées qui nous sont propres de celles qui nous sont suggérées ?

1 « Lorsqu’une pensée est suggérée, c’est comme une voix qui vous parle. 2 Les pensées propres sont en général celles du premier mouvement. 3 Du reste, il n’y a pas un grand intérêt pour vous dans cette distinction, et il est souvent utile de ne pas le savoir : l’homme agit plus librement ; 4 s’il se décide pour le bien, il le fait plus volontiers ; s’il prend le mauvais chemin, il n’en a que plus de responsabilité. »


462 Les hommes d’intelligence et de génie puisent-ils toujours leurs idées dans leur propre fonds ?

1 « Quelquefois, les idées viennent de leur propre Esprit, mais souvent elles leur sont suggérées par d’autres Esprits qui les jugent capables de les comprendre et dignes de les transmettre. 2 Quand ils ne les trouvent pas en eux, ils font appel à l’inspiration ; c’est une évocation qu’ils font sans s’en douter. »


3 S’il eût été utile que nous puissions distinguer clairement nos pensées propres de celles qui nous sont suggérées, Dieu nous en eût donné le moyen, comme il nous donne celui de distinguer le jour et la nuit. Quand une chose est dans le vague, c’est que cela doit être pour le bien.


463 On dit quelquefois que le premier mouvement est toujours bon ; cela est-il exact ?

« Il peut être bon ou mauvais selon la nature de l’Esprit incarné. Il est toujours bon chez celui qui écoute les bonnes inspirations. »


464 Comment distinguer si une pensée suggérée vient d’un bon ou d’un mauvais Esprit ?

« Etudiez la chose ; les bons Esprits ne conseillent que le bien ; c’est à vous de distinguer. »


465 Dans quel but les Esprits imparfaits nous poussent-ils au mal ?

« Pour vous faire souffrir comme eux. »


a — Cela diminue-t-il leurs souffrances ?

« Non, mais ils le font par jalousie de voir des êtres plus heureux. »


b — Quelle nature de souffrance veulent-ils faire éprouver ?

« Celles qui résultent d’être d’un ordre inférieur et éloigné de Dieu. »


466 Pourquoi Dieu permet-il que des Esprits nous excitent au mal ?

1 « Les Esprits imparfaits sont des instruments destinés à éprouver la foi et la constance des hommes dans le bien. 2 Toi, étant Esprit, tu dois progresser dans la science de l’infini, c’est pour cela que tu passes par les épreuves du mal pour arriver au bien. 3 Notre mission est de te mettre dans le bon chemin, 4 et quand de mauvaises influences agissent sur toi, c’est que tu les appelles par le désir du mal, car les Esprits inférieurs viennent à ton aide dans le mal quand tu as la volonté de le commettre ; 5 ils ne peuvent t’aider dans le mal que quand tu veux le mal. 6 Si tu es enclin au meurtre, eh bien ! tu auras une nuée d’Esprits qui entretiendront cette pensée en toi ; 7 mais aussi tu en as d’autres qui tâcheront de t’influencer en bien, ce qui fait que cela rétablit la balance et te laisse le maître. »


8 C’est ainsi que Dieu laisse à notre conscience le choix de la route que nous devons suivre, et la liberté de céder à l’une ou à l’autre des influences contraires qui s’exercent sur nous.


467 Peut-on s’affranchir de l’influence des Esprits qui sollicitent au mal ?

« Oui, car ils ne s’attachent qu’à ceux qui les sollicitent par leurs désirs ou les attirent par leurs pensées. »


468 Les Esprits dont l’influence est repoussée par la volonté renoncent-ils à leurs tentatives ?

1 « Que veux-tu qu’ils fassent ? Quand il n’y a rien à faire, ils cèdent la place ; 2 cependant, ils guettent le moment favorable, comme le chat guette la souris. »


469 Par quel moyen peut-on neutraliser l’influence des mauvais Esprits ?

1 « En faisant le bien, et en mettant toute votre confiance en Dieu, vous repoussez l’influence des Esprits inférieurs et vous détruisez l’empire qu’ils voulaient prendre sur vous. 2 Gardez-vous d’écouter les suggestions des Esprits qui suscitent en vous de mauvaises pensées, qui soufflent la discorde entre vous, et qui excitent en vous toutes les mauvaises passions. 3 Défiez-vous surtout de ceux qui exaltent votre orgueil, car ils vous prennent par votre faible. 4 Voilà pourquoi Jésus vous fait dire dans l’oraison dominicale : Seigneur ! ne nous laissez pas succomber à la tentation, mais délivrez-nous du mal. »


470 Les Esprits qui cherchent à nous induire au mal, et qui mettent ainsi à l’épreuve notre fermeté dans le bien, ont-ils reçu mission de le faire, et si c’est une mission qu’ils accomplissent en ont-ils la responsabilité ?

1 « Nul Esprit ne reçoit la mission de faire le mal ; 2 quand il le fait, c’est de sa propre volonté, et par conséquent il en subit les conséquences. 3 Dieu peut le lui laisser faire pour vous éprouver, mais il ne le lui commande pas, et c’est à vous de le repousser. »


471 Lorsque nous éprouvons un sentiment d’angoisse, d’anxiété indéfinissable ou de satisfaction intérieure sans cause connue, cela tient-il uniquement à une disposition physique ?

« C’est presque toujours un effet des communications que vous avez à votre insu avec les Esprits, ou que vous avez eues avec eux pendant le sommeil. »


472 Les Esprits qui veulent nous exciter au mal ne font-ils que profiter des circonstances où nous nous trouvons, ou peuvent-ils faire naître ces circonstances ?

1 « Ils profitent de la circonstance, mais souvent ils la provoquent en vous poussant à votre insu vers l’objet de votre convoitise. 2 Ainsi, par exemple, un homme trouve sur son chemin une somme d’argent : ne crois pas que ce sont les Esprits qui ont apporté l’argent en cet endroit, mais ils peuvent donner à l’homme la pensée de se diriger de ce côté, et alors la pensée lui est suggérée par eux de s’en emparer, tandis que d’autres lui suggèrent celle de rendre cet argent à celui à qui il appartient. Il en est de même de toutes les autres tentations. »


Possédés.


473 Un Esprit peut-il momentanément revêtir l’enveloppe d’une personne vivante, c’est-à-dire s’introduire dans un corps animé et agir au lieu et place de celui qui s’y trouve incarné ?

1 « L’Esprit n’entre pas dans un corps comme tu entres dans une maison ; il s’assimile avec un Esprit incarné qui a les mêmes défauts et les mêmes qualités pour agir conjointement ; mais c’est toujours l’Esprit incarné qui agit comme il veut sur la matière dont il est revêtu. 2 Un Esprit ne peut se substituer à celui qui est incarné, car l’Esprit et le corps sont liés jusqu’au temps marqué pour le terme de l’existence matérielle. »


474 S’il n’y a pas possession proprement dite, c’est-à-dire cohabitation de deux Esprits dans le même corps, l’âme peut-elle se trouver dans la dépendance d’un autre Esprit, de manière à en être subjuguée ou obsédée, au point que sa volonté en soit en quelque sorte paralysée ?

1 « Oui, et ce sont là les vrais possédés ; 2 mais sache bien que cette domination ne se fait jamais sans la participation de celui qui la subit, soit par sa faiblesse, soit par son désir. 3 On a souvent pris pour des possédés des épileptiques ou des fous qui avaient plus besoin de médecin que d’exorcisme. »


4 Le mot possédé, dans son acception vulgaire, suppose l’existence de démons, c’est-à-dire d’une catégorie d’êtres de mauvaise nature, et la cohabitation de l’un de ces êtres avec l’âme dans le corps d’un individu. Puisqu’il n’y a pas de démons dans ce sens, et que deux Esprits ne peuvent habiter simultanément le même corps, il n’y a pas de possédés selon l’idée attachée à ce mot. 5 Le mot possédé ne doit s’entendre que de la dépendance absolue où l’âme peut se trouver à l’égard d’Esprits imparfaits qui la subjuguent. [v. La Genèse, cap. XIV: Obsessions et possessions, le n.° 47]


475 Peut-on soi-même éloigner les mauvais Esprits et s’affranchir de leur domination ?

« On peut toujours secouer un joug quand on en a la ferme volonté. »


476 Ne peut-il arriver que la fascination exercée par le mauvais Esprit soit telle que la personne subjuguée ne s’en aperçoive pas ; alors, une tierce personne peut-elle faire cesser la sujétion, et dans ce cas, quelle condition doit-elle remplir ?

1 « Si c’est un homme de bien, sa volonté peut aider en appelant le concours des bons Esprits, 2 car plus on est homme de bien, plus on a de pouvoir sur les Esprits imparfaits pour les éloigner et sur les bons pour les attirer. 3 Cependant, il serait impuissant si celui qui est subjugué ne s’y prête pas ; 4 il y a des gens qui se plaisent dans une dépendance qui flatte leurs goûts et leurs désirs. 5 Dans tous les cas, celui dont le cœur n’est pas pur ne peut avoir aucune influence ; les bons Esprits le méprisent, et les mauvais ne le craignent pas. »


477 Les formules d’exorcisme ont-elles quelque efficacité sur les mauvais Esprits ?

« Non ; quand ces Esprits voient quelqu’un prendre la chose au sérieux, ils en rient et s’obstinent. »


478 Il y a des personnes animées de bonnes intentions et qui n’en sont pas moins obsédées ; quel est le meilleur moyen de se délivrer des Esprits obsesseurs ?

1 « Lasser leur patience, 2 ne tenir aucun compte de leurs suggestions, 3 leur montrer qu’ils perdent leur temps ; 4 alors, quand ils voient qu’ils n’ont rien à faire, ils s’en vont. »


479 La prière est-elle un moyen efficace pour guérir de l’obsession ?

1 « La prière est d’un puissant secours en tout ; 2 mais croyez bien qu’il ne suffit pas de murmurer quelques paroles pour obtenir ce qu’on désire. 3 Dieu assiste ceux qui agissent, et non ceux qui se bornent à demander. 4 Il faut donc que l’obsédé fasse de son côté ce qui est nécessaire pour détruire en lui-même la cause qui attire les mauvais Esprits. »


480 Que faut-il penser de l’expulsion des démons dont il est parlé dans l’Evangile ?

1 « Cela dépend de l’interprétation. 2 Si vous appelez démon un mauvais Esprit qui subjugue un individu, quand son influence sera détruite, il sera véritablement chassé. 3 Si vous attribuez une maladie au démon, quand vous aurez guéri la maladie, vous direz aussi que vous avez chassé le démon. 4 Une chose peut être vraie ou fausse suivant le sens qu’on attache aux mots. 5 Les plus grandes vérités peuvent paraître absurdes quand on ne regarde que la forme, et quand on prend l’allégorie pour la réalité. Comprenez bien ceci, et retenez-le ; c’est d’une application générale. »


Convulsionnaires


481 Les Esprits jouent-ils un rôle dans les phénomènes qui se produisent chez les individus désignés sous le nom de convulsionnaires ?

1 « Oui, un très grand, ainsi que le magnétisme qui en est la première source ; 2 mais le charlatanisme a souvent exploité et exagéré ces effets, ce qui les a fait tourner en ridicule. »


a — De quelle nature sont, en général, les Esprits qui concourent à ces sortes de phénomènes ?

« Peu élevée ; croyez-vous que des Esprits supérieurs s’amusent à de pareilles choses ? »


482 Comment l’état anormal des convulsionnaires et des crisiaques peut-il se développer subitement dans toute une population ?

1 « Effet sympathique ; 2 les dispositions morales se communiquent très facilement dans certains cas ; 3 vous n’êtes pas assez étranger aux effets magnétiques pour ne pas comprendre cela et la part que certains Esprits doivent y prendre par sympathie pour ceux qui les provoquent. »


4 Parmi les facultés étranges que l’on remarque chez les convulsionnaires, on en reconnaît sans peine dont le somnambulisme et le magnétisme offrent de nombreux exemples : telles sont, entre autres, l’insensibilité physique, la connaissance de la pensée, la transmission sympathique des douleurs, etc. On ne peut donc douter que ces crisiaques ne soient dans une sorte d’état de somnambulisme éveillé, provoqué par l’influence qu’ils exercent les uns sur les autres. Ils sont à la fois magnétiseurs et magnétisés à leur insu.


483 Quelle est la cause de l’insensibilité physique que l’on remarque soit chez certains convulsionnaires, soit chez d’autres individus soumis aux tortures les plus atroces ?

1 « Chez quelques-uns c’est un effet exclusivement magnétique qui agit sur le système nerveux de la même manière que certaines substances. 2 Chez d’autres, l’exaltation de la pensée émousse la sensibilité parce que la vie semble s’être retirée du corps pour se porter dans l’Esprit. 3 Ne savez-vous pas que lorsque l’Esprit est fortement préoccupé d’une chose, le corps ne sent, ne voit et n’entend rien ? »


4 L’exaltation fanatique et l’enthousiasme offrent souvent, dans les supplices, l’exemple d’un calme et d’un sang-froid qui ne sauraient triompher d’une douleur aiguë, si l’on n’admettait que la sensibilité se trouve neutralisée par une sorte d’effet anesthésique. On sait que dans la chaleur du combat on ne s’aperçoit souvent pas d’une blessure grave, tandis que, dans les circonstances ordinaires, une égratignure ferait tressaillir.

5 Puisque ces phénomènes dépendent d’une cause physique et de l’action de certains Esprits, on peut se demander comment il a pu dépendre de l’autorité de les faire cesser dans certains cas. La raison en est simple. L’action des Esprits n’est ici que secondaire ; ils ne font que profiter d’une disposition naturelle. L’autorité n’a pas supprimé cette disposition, mais la cause qui l’entretenait et l’exaltait ; d’active, elle l’a rendue latente, et elle a eu raison d’agir ainsi, parce qu’il en résultait abus et scandale. On sait, du reste, que cette intervention est impuissante quand l’action des Esprits est directe et spontanée.


Affection des Esprits pour certaines personnes.


484 Les Esprits affectionnent-ils de préférence certaines personnes ?

1 « Les bons Esprits sympathisent avec les hommes de bien, ou susceptibles de s’améliorer ; 2 les Esprits inférieurs avec les hommes vicieux ou qui peuvent le devenir ; 3 de là leur attachement, suite de la ressemblance des sensations. »


485 L’affection des Esprits pour certaines personnes est-elle exclusivement morale ?

1 « L’affection véritable n’a rien de charnel ; 2 mais lorsqu’un Esprit s’attache à une personne, ce n’est pas toujours par affection, 3 et il peut s’y mêler un souvenir des passions humaines. »


486 Les Esprits s’intéressent-ils à nos malheurs et à notre prospérité ? Ceux qui nous veulent du bien s’affligent-ils des maux que nous éprouvons pendant la vie ?

1 « Les bons Esprits font autant de bien que possible et sont heureux de toutes vos joies. 2 Ils s’affligent de vos maux lorsque vous ne les supportez pas avec résignation, parce que ces maux sont sans résultat pour vous ; car alors vous êtes comme le malade qui rejette le breuvage amer qui doit le guérir. »


487 De quelle nature de mal les Esprits s’affligent-ils le plus pour nous ; est-ce le mal physique ou le mal moral ?

1 « Votre égoïsme et votre dureté de cœur : de là dérive tout ; ils se rient de tous ces maux imaginaires qui naissent de l’orgueil et de l’ambition ; ils se réjouissent de ceux qui ont pour effet d’abréger votre temps d’épreuve. »


2 Les Esprits, sachant que la vie corporelle n’est que transitoire et que les tribulations qui l’accompagnent sont des moyens d’arriver à un état meilleur, s’affligent plus pour nous des causes morales qui nous en éloignent que des maux physiques qui ne sont que passagers.

3 Les Esprits prennent peu de souci des malheurs qui n’affectent que nos idées mondaines, comme nous faisons des chagrins puérils de l’enfance.

4 L’Esprit, qui voit dans les afflictions de la vie un moyen d’avancement pour nous, les considère comme la crise momentanée qui doit sauver le malade. Il compatit à nos souffrances comme nous compatissons à celles d’un ami ; mais voyant les choses à un point de vue plus juste, il les apprécie autrement que nous, 5 et tandis que les bons relèvent notre courage dans l’intérêt de notre avenir, les autres nous excitent au désespoir en vue de le compromettre.


488 Nos parents et nos amis qui nous ont précédés dans l’autre vie ont-ils pour nous plus de sympathie que les Esprits qui nous sont étrangers ?

« Sans doute et souvent ils vous protègent comme Esprits, selon leur pouvoir. »


a — Sont-ils sensibles à l’affection que nous leur conservons ?

« Très sensibles, mais ils oublient ceux qui les oublient. »


Anges gardiens ; Esprits protecteurs, familiers ou sympathiques.


489 Y a-t-il des Esprits qui s’attachent à un individu en particulier pour le protéger ?

« Oui, le frère spirituel ; c’est ce que vous appelez le bon Esprit ou le bon génie. »


490 Que doit-on entendre par ange gardien ?

« L’Esprit protecteur d’un ordre élevé. »


491 Quelle est la mission de l’Esprit protecteur ?

« Celle d’un père sur ses enfants ; conduire son protégé dans la bonne voie, l’aider de ses conseils, le consoler de ses afflictions, soutenir son courage dans les épreuves de la vie. »


492 L’Esprit protecteur est-il attaché à l’individu depuis sa naissance ?

« Depuis la naissance jusqu’à la mort, et souvent il le suit après la mort dans la vie spirite, et même dans plusieurs existences corporelles, car ces existences ne sont que des phases bien courtes par rapport à la vie de l’Esprit. »


493 La mission de l’Esprit protecteur est-elle volontaire ou obligatoire ?

1 « L’Esprit est obligé de veiller sur vous parce qu’il a accepté cette tâche, 2 mais il a le choix des êtres qui lui sont sympathiques. Pour les uns c’est un plaisir, pour d’autres une mission ou un devoir. »


a — En s’attachant à une personne, l’Esprit renonce-t-il à protéger d’autres individus ?

« Non, mais il le fait moins exclusivement. »


494 L’Esprit protecteur est-il fatalement attaché à l’être confié à sa garde ?

« Il arrive souvent que certains Esprits quittent leur position pour remplir diverses missions ; mais alors l’échange se fait. »


495 L’Esprit protecteur abandonne-t-il quelquefois son protégé quand celui-ci est rebelle à ses avis ?

1 « Il s’éloigne quand il voit ses conseils inutiles, et que la volonté de subir l’influence des Esprits inférieurs est plus forte ; mais il ne l’abandonne point complètement et se fait toujours entendre ; c’est alors l’homme qui ferme les oreilles. Il revient dès qu’on l’appelle.

2 « Il est une doctrine qui devrait convertir les plus incrédules par son charme et par sa douceur : celle des anges gardiens. Penser qu’on a toujours près de soi des êtres qui vous sont supérieurs, qui sont toujours là pour vous conseiller, vous soutenir, pour vous aider à gravir l’âpre montagne du bien, qui sont des amis plus sûrs et plus dévoués que les plus intimes liaisons que l’on puisse contracter sur cette terre, n’est-ce pas une idée bien consolante ? 3 Ces êtres sont là par l’ordre de Dieu ; c’est lui qui les a mis près de vous, ils sont là pour l’amour de lui, et ils accomplissent auprès de vous une belle mais pénible mission. Oui, quelque part que vous soyez, il sera avec vous : les cachots, les hôpitaux, les lieux de débauche, la solitude, rien ne vous sépare de cet ami que vous ne pouvez voir, mais dont votre âme sent les plus douces impulsions et entend les sages conseils.

4 « Que ne connaissez-vous mieux cette vérité ! Combien de fois elle vous aiderait dans les moments de crise ; combien de fois elle vous sauverait des mauvais Esprits ! Mais au grand jour, cet ange de bien aura souvent à vous dire : « Ne t’ai-je pas dit cela, et tu ne l’as pas fait ; ne t’ai-je pas montré l’abîme, et tu t’y es précipité ; ne t’ai-je pas fait entendre dans ta conscience la voix de la vérité, et n’as-tu pas suivi les conseils du mensonge ? » 5 Ah ! questionnez vos anges gardiens ; établissez entre eux et vous cette tendre intimité qui règne entre les meilleurs amis. Ne pensez pas à leur rien cacher, car ils ont l’œil de Dieu, et vous ne pouvez les tromper. 6 Songez à l’avenir ; cherchez à avancer dans cette vie, vos épreuves en seront plus courtes, vos existences plus heureuses. Allons ! hommes, du courage ; 7 rejetez loin de vous, une fois pour toutes, préjugés et arrière-pensées ; entrez dans la nouvelle voie qui s’ouvre devant vous ; marchez ! marchez ! vous avez des guides, suivez-les : le but ne peut vous manquer, car ce but, c’est Dieu lui-même.

8 « A ceux qui penseraient qu’il est impossible à des Esprits vraiment élevés de s’astreindre à une tâche si laborieuse et de tous les instants, nous dirons que nous influençons vos âmes tout en étant à plusieurs millions de lieues de vous : 9 pour nous l’espace n’est rien, et tout en vivant dans un autre monde, nos Esprits conservent leur liaison avec le vôtre. Nous jouissons de qualités que vous ne pouvez comprendre, mais soyez sûrs que Dieu ne nous a pas imposé une tâche au-dessus de nos forces, et qu’il ne vous a pas abandonnés seuls sur la terre sans amis et sans soutiens. 10 Chaque ange gardien a son protégé sur lequel il veille, comme un père veille sur son enfant ; il est heureux quand il le voit dans le bon chemin ; il gémit quand ses conseils sont méconnus.

11 « Ne craignez pas de nous fatiguer de vos questions ; soyez, au contraire, toujours en rapport avec nous : vous serez plus forts et plus heureux. 12 Ce sont ces communications de chaque homme avec son Esprit familier qui font tous les hommes médiums, médiums ignorés aujourd’hui, mais qui se manifesteront plus tard, et qui se répandront comme un océan sans bornes pour refouler l’incrédulité et l’ignorance. 13 Hommes instruits, instruisez ; hommes de talents, élevez vos frères. Vous ne savez pas quelle œuvre vous accomplissez ainsi : c’est celle du Christ, celle que Dieu vous impose. Pourquoi Dieu vous a-t-il donné l’intelligence et la science, si ce n’est pour en faire part à vos frères, pour les avancer dans la voie du bonheur et de la félicité éternelle ? » [Revue spirite janvier 1859]


Saint Louis

Saint Augustin


14 La doctrine des anges gardiens, veillant sur leurs protégés malgré la distance qui sépare les mondes, n’a rien qui doive surprendre ; elle est au contraire grande et sublime. Ne voyons-nous pas sur la terre un père veiller sur son enfant, quoiqu’il en soit éloigné, l’aider de ses conseils par correspondance ? Qu’y aurait-il donc d’étonnant à ce que les Esprits pussent guider ceux qu’ils prennent sous leur protection, d’un monde à l’autre, puisque pour eux la distance qui sépare les mondes est moindre que celle qui, sur la terre sépare les continents ? 15 N’ont-ils pas en outre le fluide universel qui relie tous les mondes et les rend solidaires ; véhicule immense de la transmission des pensées, comme l’air est pour nous le véhicule de la transmission du son ?


496 L’Esprit qui abandonne son protégé, ne lui faisant plus de bien, peut-il lui faire du mal ?

1 « Les bons Esprits ne font jamais de mal ; 2 ils le laissent faire à ceux qui prennent leur place ; 3 alors vous accusez le sort des malheurs qui vous accablent, tandis que c’est votre faute. »


497 L’Esprit protecteur peut-il laisser son protégé à la merci d’un Esprit qui pourrait lui vouloir du mal ?

1 « Il y a union des mauvais Esprits pour neutraliser l’action des bons ; 2 mais si le protégé le veut, il rendra toute force à son bon Esprit. 3 Le bon Esprit trouve peut-être une bonne volonté à aider ailleurs ; il en profite en attendant son retour auprès de son protégé. »


498 Quand l’Esprit protecteur laisse son protégé se fourvoyer dans la vie, est-ce impuissance de sa part à lutter contre d’autres Esprits malveillants ?

1 « Ce n’est pas parce qu’il ne peut pas, mais parce qu’il ne veut pas ; 2 son protégé sort des épreuves plus parfait et plus instruit ; 3 il l’assiste de ses conseils par les bonnes pensées qu’il lui suggère, mais qui malheureusement ne sont pas toujours écoutées. 4 Ce n’est que la faiblesse, l’insouciance ou l’orgueil de l’homme qui donne de la force aux mauvais Esprits ; leur puissance sur vous ne vient que de ce que vous ne leur opposez pas de résistance. »


499 L’Esprit protecteur est-il constamment avec son protégé ? N’y a-t-il aucune circonstance où, sans l’abandonner, il le perde de vue ?

« Il est des circonstances où la présence de l’Esprit protecteur n’est pas nécessaire auprès de son protégé. »


500 Arrive-t-il un moment où l’Esprit n’a plus besoin d’ange gardien ?

1 « Oui, quand il est arrivé au degré de pouvoir se conduire lui-même, comme il arrive un moment où l’écolier n’a plus besoin de maître ; 2 mais ce n’est pas sur votre terre. »


501 Pourquoi l’action des Esprits sur notre existence est-elle occulte, et pourquoi, lorsqu’ils nous protègent, ne le font-ils pas d’une manière ostensible ?

1 « Si vous comptiez sur leur appui, vous n’agiriez pas par vous-même, et votre Esprit ne progresserait pas. 2 Pour qu’il puisse avancer, il lui faut de l’expérience, et il faut souvent qu’il l’acquière à ses dépens ; 3 il faut qu’il exerce ses forces, sans cela il serait comme un enfant qu’on ne laisse pas marcher seul. 4 L’action des Esprits qui vous veulent du bien est toujours réglée de manière à vous laisser votre libre arbitre, car si vous n’aviez pas de responsabilité, vous n’avanceriez pas dans la voie qui doit vous conduire vers Dieu. 5 L’homme, ne voyant pas son soutien, se livre à ses propres forces ; 6 son guide, cependant, veille sur lui, et de temps en temps lui crie de se méfier du danger. »


502 L’Esprit protecteur qui réussit à amener son protégé dans la bonne voie en éprouve-t-il un bien quelconque pour lui-même ?

1 « C’est un mérite dont il lui est tenu compte, soit pour son propre avancement, soit pour son bonheur. 2 Il est heureux quand il voit ses soins couronnés de succès ; il en triomphe comme un précepteur triomphe des succès de son élève. »


a — Est-il responsable, s’il ne réussit pas ?

« Non, puisqu’il a fait ce qui dépendait de lui. »


503 L’Esprit protecteur qui voit son protégé suivre une mauvaise route malgré ses avis, en éprouve-t-il de la peine, et n’est-ce pas pour lui une cause de trouble pour sa félicité ?

1 « Il gémit de ses erreurs, et le plaint ; 2 mais cette affliction n’a pas les angoisses de la paternité terrestre, parce qu’il sait qu’il y a remède au mal, et que ce qui ne se fait pas aujourd’hui se fera demain. »


504 Pouvons-nous toujours savoir le nom de notre Esprit protecteur ou ange gardien ?

« Comment voulez-vous savoir des noms qui n’existent pas pour vous ? Croyez-vous donc qu’il n’y ait parmi les Esprits que ceux que vous connaissez ? »


a — Comment alors l’invoquer si on ne le connaît pas ?

« Donnez-lui le nom que vous voudrez, celui d’un Esprit supérieur pour qui vous avez de la sympathie ou de la vénération ; votre Esprit protecteur viendra à cet appel ; car tous les bons Esprits sont frères et s’assistent entre eux. »


505 Les Esprits protecteurs qui prennent des noms connus sont-ils toujours réellement ceux des personnes qui portaient ces noms ?

1 « Non, 2 mais des Esprits qui leur sont sympathiques et qui souvent viennent par leur ordre. 3 Il vous faut des noms ; alors ils en prennent un qui vous inspire de la confiance. 4 Quand vous ne pouvez pas remplir une mission en personne, vous envoyez un autre vous-même qui agit en votre nom. »


506 Quand nous serons dans la vie spirite, reconnaîtrons-nous notre Esprit protecteur ?

« Oui, car souvent vous le connaissiez avant d’être incarnés. »


507 Les Esprits protecteurs appartiennent-ils tous à la classe des Esprits supérieurs ? Peut-il s’en trouver parmi les moyens ? Un père, par exemple, peut-il devenir l’Esprit protecteur de son enfant ?

1 « Il le peut, mais la protection suppose un certain degré d’élévation, et un pouvoir ou une vertu de plus accordée par Dieu. 2 Le père qui protège son enfant peut être lui-même assisté par un Esprit plus élevé. »


508 Les Esprits qui ont quitté la terre dans de bonnes conditions peuvent-ils toujours protéger ceux qu’ils aiment et qui leur survivent ?

« Leur pouvoir est plus ou moins restreint ; la position où ils se trouvent ne leur laisse pas toujours toute liberté d’agir. »


509 Les hommes dans l’état sauvage ou d’infériorité morale, ont-ils également leurs Esprits protecteurs ; et dans ce cas, ces Esprits sont-ils d’un ordre aussi élevé que ceux des hommes très avancés ?

1 « Chaque homme a un Esprit qui veille sur lui, mais les missions sont relatives à leur objet. 2 Vous ne donnez pas à un enfant qui apprend à lire un professeur de philosophie. 3 Le progrès de l’Esprit familier suit celui de l’Esprit protégé. 4 Tout en ayant vous-même un Esprit supérieur qui veille sur vous, vous pouvez à votre tour devenir le protecteur d’un Esprit qui vous est inférieur, et les progrès que vous l’aiderez à faire contribueront à votre avancement. 5 Dieu ne demande pas à l’Esprit plus que ne comportent sa nature et le degré auquel il est parvenu. »


510 Lorsque le père qui veille sur son enfant vient à se réincarner, veille-t-il encore sur lui ?

1 « C’est plus difficile, mais il prie, dans un moment de dégagement, un Esprit sympathique de l’assister dans cette mission. 2 D’ailleurs, les Esprits n’acceptent que des missions qu’ils peuvent accomplir jusqu’au bout.

3 « L’Esprit incarné, surtout dans les mondes où l’existence est matérielle, est trop assujetti à son corps pour pouvoir être entièrement dévoué, c’est-à-dire assister personnellement ; 4 c’est pourquoi ceux qui ne sont pas assez élevés sont eux-mêmes assistés par des Esprits qui leur sont supérieurs, de telle sorte que si l’un fait défaut par une cause quelconque, il est suppléé par un autre. »


511 Outre l’Esprit protecteur, un mauvais Esprit est-il attaché à chaque individu en vue de le pousser au mal et de lui fournir une occasion de lutter entre le bien et le mal ?

1 « Attaché n’est pas le mot. 2 Il est bien vrai que les mauvais Esprits cherchent à détourner du bon chemin quand ils en trouvent l’occasion ; mais quand l’un d’eux s’attache à un individu, il le fait de lui-même, parce qu’il espère en être écouté ; 3 alors il y a lutte entre le bon et le mauvais, et celui-là l’emporte auquel l’homme laisse prendre l’empire sur lui. »


512 Pouvons-nous avoir plusieurs Esprits protecteurs ?

1 « Chaque homme a toujours des Esprits sympathiques plus ou moins élevés qui l’affectionnent et s’intéressent à lui, 2 comme il en a aussi qui l’assistent dans le mal. »


513 Les Esprits sympathiques agissent-ils en vertu d’une mission ?

1 « Quelquefois, ils peuvent avoir une mission temporaire, 2 mais le plus souvent ils ne sont sollicités que par la similitude de pensées et de sentiments dans le bien comme dans le mal. »


a — Il semble résulter de là que les Esprits sympathiques peuvent être bons ou mauvais ?

« Oui, l’homme trouve toujours des Esprits qui sympathisent avec lui, quel que soit son caractère. »


514 Les Esprits familiers sont-ils les mêmes que les Esprits sympathiques ou les Esprits protecteurs ?

1 « Il y a bien des nuances dans la protection et dans la sympathie ; donnez-leur les noms que vous voulez. 2 L’Esprit familier est plutôt l’ami de la maison. »


3 Des explications ci-dessus et des observations faites sur la nature des Esprits qui s’attachent à l’homme, on peut déduire ce qui suit :

4 L’Esprit protecteur, ange gardien ou bon génie, est celui qui a pour mission de suivre l’homme dans la vie et de l’aider à progresser. Il est toujours d’une nature supérieure relativement à celle du protégé.

5 Les Esprits familiers s’attachent à certaines personnes par des liens plus ou moins durables en vue de leur être utiles dans la limite de leur pouvoir souvent assez borné ; ils sont bons, mais quelquefois peu avancés et même un peu légers ; ils s’occupent volontiers des détails de la vie intime et n’agissent que par l’ordre ou avec la permission des Esprits protecteurs.

6 Les Esprits sympathiques sont ceux qu’attirent à nous des affections particulières et une certaine similitude de goûts et de sentiments dans le bien comme dans le mal. La durée de leurs relations est presque toujours subordonnée aux circonstances.

7 Le mauvais génie est un Esprit imparfait ou pervers qui s’attache à l’homme en vue de le détourner du bien ; mais il agit de son propre mouvement et non en vertu d’une mission. 8 Sa ténacité est en raison de l’accès plus ou moins facile qu’il trouve. L’homme est toujours libre d’écouter sa voix ou de le repousser.


515 Que doit-on penser de ces personnes qui semblent s’attacher à certains individus pour les pousser fatalement à leur perte, ou pour les guider dans la bonne voie ?

1 « Certaines personnes exercent, en effet, sur d’autres une espèce de fascination qui semble irrésistible. 2 Quand cela a lieu pour le mal, ce sont de mauvais Esprits dont se servent d’autres mauvais Esprits pour mieux subjuguer, 3 Dieu peut le permettre pour vous éprouver. »


516 Notre bon et notre mauvais génie pourraient-ils s’incarner pour nous accompagner dans la vie d’une manière plus directe ?

« Cela a lieu quelquefois ; mais souvent aussi ils chargent de cette mission d’autres Esprits incarnés qui leur sont sympathiques. »


517 Y a-t-il des Esprits qui s’attachent à toute une famille pour la protéger ?

1 « Certains Esprits s’attachent aux membres d’une même famille qui vivent ensemble et qui sont unis par l’affection, 2 mais ne croyez pas à des Esprits protecteurs de l’orgueil des races. »


518 Les Esprits étant attirés vers les individus par leurs sympathies, le sont-ils également vers les réunions d’individus par des causes particulières ?

1 « Les Esprits vont de préférence où sont leurs pareils ; là ils sont plus à leur aise et plus sûrs d’être écoutés. 2 L’homme attire à lui les Esprits en raison de ses tendances, qu’il soit seul ou qu’il forme un tout collectif, comme une société, une ville ou un peuple. 3 Il y a donc des sociétés, des villes et des peuples qui sont assistés par des Esprits plus ou moins élevés selon le caractère et les passions qui y dominent. Les Esprits imparfaits s’éloignent de ceux qui les repoussent ; 4 il en résulte que le perfectionnement moral des touts collectifs, comme celui des individus, tend à écarter les mauvais Esprits et à attirer les bons qui excitent et entretiennent le sentiment du bien dans les masses, comme d’autres peuvent y souffler les mauvaises passions. »


519 Les agglomérations d’individus, comme les sociétés, les villes, les nations ont-elles leurs Esprits protecteurs spéciaux ?

« Oui, car ces réunions sont des individualités collectives qui marchent dans un but commun et qui ont besoin d’une direction supérieure. »


520 Les Esprits protecteurs des masses sont-ils d’une nature plus élevée que ceux qui s’attachent aux individus ?

« Tout est relatif au degré d’avancement des masses comme des individus. »


521 Certains Esprits peuvent-ils aider au progrès des arts en protégeant ceux qui s’en occupent ?

1 « Il y a des Esprits protecteurs spéciaux, et qui assistent ceux qui les invoquent quand ils les en jugent dignes ; mais que voulez-vous qu’ils fassent avec ceux qui croient être ce qu’ils ne sont pas ? Ils ne font pas voir les aveugles ni entendre les sourds. »


2 Les Anciens en avaient fait des divinités spéciales ; les Muses n’étaient autres que la personnification allégorique des Esprits protecteurs des sciences et des arts, comme ils désignaient sous le nom de lares et de pénates les Esprits protecteurs de la famille. Chez les Modernes, les arts, les différentes industries, les villes, les contrées ont aussi leurs patrons protecteurs, qui ne sont autres que des Esprits supérieurs, mais sous d’autres noms.

3 Chaque homme ayant ses Esprits sympathiques, il en résulte que, dans les touts collectifs, la généralité des Esprits sympathiques est en rapport avec la généralité des individus ; que les Esprits étrangers y sont attirés par l’identité des goûts et des pensées ; en un mot, que ces réunions aussi bien que les individus, sont plus ou moins bien entourées, assistées, influencées selon la nature des pensées de la multitude.

4 Chez les peuples, les causes d’attraction des Esprits sont les mœurs, les habitudes, le caractère dominant, les lois surtout, parce que le caractère de la nation se reflète dans ses lois. Les hommes qui font régner la justice entre eux combattent l’influence des mauvais Esprits. Partout où les lois consacrent des choses injustes, contraires à l’humanité, les bons Esprits sont en minorité, et la masse des mauvais qui affluent entretient la nation dans ses idées et paralyse les bonnes influences partielles perdues dans la foule, comme un épi isolé au milieu des ronces. 5 En étudiant les mœurs des peuples ou de toute réunion d’hommes, il est donc aisé de se faire une idée de la population occulte qui s’immisce dans leurs pensées et dans leurs actions.


Pressentiments.


522 Le pressentiment est-il toujours un avertissement de l’Esprit protecteur ?

1 « Le pressentiment est le conseil intime et occulte d’un Esprit qui vous veut du bien. 2 Il est aussi dans l’intuition du choix que l’on a fait ; 3 c’est la voix de l’instinct. 4 L’Esprit, avant de s’incarner, a connaissance des principales phases de son existence, c’est-à-dire du genre d’épreuves dans lesquelles il s’engage ; 5 lorsque celles-ci ont un caractère saillant, il en conserve une sorte d’impression dans son for intérieur, et cette impression, qui est la voix de l’instinct, se réveillant lorsque le moment approche, devient pressentiment. »


523 Les pressentiments et la voix de l’instinct ont toujours quelque chose de vague ; que devons-nous faire dans l’incertitude ?

« Quand tu es dans le vague, invoque ton bon Esprit, ou prie notre maître à tous, Dieu, qu’il t’envoie un de ses messagers, l’un de nous. »


524 Les avertissements de nos Esprits protecteurs ont-ils pour objet unique la conduite morale, ou bien aussi la conduite à tenir dans les choses de la vie privée ?

1 « Tout ; ils essayent de vous faire vivre le mieux possible ; mais souvent vous fermez l’oreille aux bons avertissements, et vous êtes malheureux par votre faute. »


2 Les Esprits protecteurs nous aident de leurs conseils par la voix de la conscience qu’ils font parler en nous ; mais comme nous n’y attachons pas toujours l’importance nécessaire, ils nous en donnent de plus directs en se servant des personnes qui nous entourent. 3 Que chacun examine les diverses circonstances heureuses ou malheureuses de sa vie, et il verra qu’en maintes occasions il a reçu des conseils dont il n’a pas toujours profité et qui lui eussent épargné bien des désagréments s’il les eût écoutés.


Influence des Esprits sur les événements de la vie.


525 Les Esprits exercent-ils une influence sur les événements de la vie ?

« Assurément, puisqu’ils te conseillent. »


a — Exercent-ils cette influence autrement que par les pensées qu’ils suggèrent, c’est-à-dire ont-ils une action directe sur l’accomplissement des choses ?

1 « Oui, mais ils n’agissent jamais en dehors des lois de la nature. »


2 Nous nous figurons à tort que l’action des Esprits ne doit se manifester que par des phénomènes extraordinaires ; nous voudrions qu’ils nous vinssent en aide par des miracles, et nous nous les représentons toujours armés d’une baguette magique. Il n’en est point ainsi ; voilà pourquoi leur intervention nous paraît occulte, et ce qui se fait par leur concours nous semble tout naturel.

3 Ainsi, par exemple, ils provoqueront la réunion de deux personnes qui paraîtront se rencontrer par hasard ; ils inspireront à quelqu’un la pensée de passer par tel endroit ; ils appelleront son attention sur tel point, si cela doit amener le résultat qu’ils veulent obtenir ; de telle sorte que l’homme, ne croyant suivre que sa propre impulsion, conserve toujours son libre arbitre.


526 Les Esprits ayant une action sur la matière peuvent-ils provoquer certains effets en vue de faire accomplir un événement ? Par exemple, un homme doit périr : il monte à une échelle, l’échelle se brise et l’homme se tue ; sont-ce les Esprits qui ont fait briser l’échelle pour accomplir la destinée de cet homme ?

1 « Il est bien vrai que les Esprits ont une action sur la matière, mais pour l’accomplissement des lois de la nature et non pour y déroger en faisant surgir à point nommé un événement inattendu et contraire à ces lois. 2 Dans l’exemple que tu cites, l’échelle s’est rompue parce qu’elle était vermoulue ou n’était pas assez forte pour supporter le poids de l’homme ; s’il était dans la destinée de cet homme de périr de cette manière, ils lui inspireront la pensée de monter à cette échelle qui devra se rompre sous son poids, et sa mort aura lieu par un effet naturel et sans qu’il soit besoin de faire un miracle pour cela. »


527 Prenons un autre exemple où l’état naturel de la matière ne soit pour rien ; un homme doit périr par la foudre ; il se réfugie sous un arbre, la foudre éclate et il est tué. Les Esprits ont-ils pu provoquer la foudre et la diriger sur lui ?

« C’est encore la même chose. La foudre a éclaté sur cet arbre et à ce moment, parce qu’il était dans les lois de la nature qu’il en fût ainsi ; elle n’a point été dirigée sur cet arbre parce que l’homme était dessous, mais il a été inspiré à l’homme la pensée de se réfugier sous un arbre sur lequel elle devait éclater ; car l’arbre n’en aurait pas moins été frappé, que l’homme fût ou ne fût pas dessous. »


528 Un homme malintentionné lance sur quelqu’un un projectile qui l’effleure et ne l’atteint pas. Un Esprit bienveillant peut-il l’avoir détourné ?

« Si l’individu ne doit pas être atteint, l’Esprit bienveillant lui inspirera la pensée de se détourner, ou bien il pourra éblouir son ennemi de manière à le faire mal viser ; car le projectile une fois lancé suit la ligne qu’il doit parcourir. »


529 Que doit-on penser des balles enchantées dont il est question dans certaines légendes, et qui atteignent fatalement un but ?

1 « Pure imagination ; 2 l’homme aime le merveilleux et ne se contente pas des merveilles de la nature. »


a — Les Esprits qui dirigent les événements de la vie peuvent-ils être contrecarrés par des Esprits qui voudraient le contraire ?

1 « Ce que Dieu veut doit être ; 2 s’il y a retard ou empêchement, c’est par sa volonté. »


530 Les Esprits légers et moqueurs ne peuvent-ils susciter ces petits embarras qui viennent à la traverse de nos projets et dérouter nos prévisions ; en un mot, sont-ils les auteurs de ce que l’on appelle vulgairement les petites misères de la vie humaine ?

1 « Ils se plaisent à ces tracasseries qui sont pour vous des épreuves afin d’exercer votre patience ; 2 mais ils se lassent quand ils voient qu’ils ne réussissent pas. 3 Cependant, il ne serait ni juste, ni exact de les charger de tous vos mécomptes, dont vous-mêmes êtes les premiers artisans par votre étourderie ; 4 car crois bien que si ta vaisselle se casse, c’est plutôt le fait de ta maladresse que celui des Esprits. »


a —  Les Esprits qui suscitent des tracasseries agissent-ils par suite d’une animosité personnelle, ou bien s’attaquent-ils au premier venu, sans motif déterminé, uniquement par malice ?

« L’un et l’autre ; quelquefois ce sont des ennemis que l’on s’est fait pendant cette vie ou dans une autre, et qui vous poursuivent ; d’autres fois, il n’y a pas de motifs. »


531 La malveillance des êtres qui nous ont fait du mal sur la terre s’éteint-elle avec leur vie corporelle ?

« Souvent ils reconnaissent leur injustice et le mal qu’ils ont fait ; mais souvent aussi, ils vous poursuivent de leur animosité, si Dieu le permet, pour continuer de vous éprouver. »


a — Peut-on y mettre un terme et par quel moyen ?

1 « Oui, on peut prier pour eux, et en leur rendant le bien pour le mal, ils finissent par comprendre leurs torts ; 2 du reste, si l’on sait se mettre au-dessus de leurs machinations, ils cessent en voyant qu’ils n’y gagnent rien. »


3 L’expérience prouve que certains Esprits poursuivent leur vengeance d’une existence à l’autre, et que l’on expie ainsi tôt ou tard les torts que l’on peut avoir eus envers quelqu’un.


532 Les Esprits ont-ils le pouvoir de détourner les maux de dessus certaines personnes, et d’attirer sur elles la prospérité ?

1 « Pas entièrement, car il est des maux qui sont dans les décrets de la Providence ; mais ils amoindrissent vos douleurs en vous donnant la patience et la résignation.

2 « Sachez aussi qu’il dépend souvent de vous de détourner ces maux, ou tout au moins de les atténuer ; Dieu vous a donné l’intelligence pour vous en servir, et c’est en cela surtout que les Esprits vous viennent en aide en vous suggérant des pensées propices ; 3 mais ils n’assistent que ceux qui savent s’assister eux-mêmes ; c’est le sens de ces paroles : Cherchez et vous trouverez, frappez et l’on vous ouvrira.  ( † )

4 « Sachez bien encore que ce qui vous paraît un mal n’est pas toujours un mal ; souvent, un bien doit en sortir qui sera plus grand que le mal, et c’est ce que vous ne comprenez pas, parce que vous ne pensez qu’au moment présent ou à votre personne. »


533 Les Esprits peuvent-ils faire obtenir les dons de la fortune, si on les sollicite à cet effet ?

1 « Quelquefois comme épreuve, 2 mais souvent ils refusent, comme on refuse à un enfant qui fait une demande inconsidérée. »


a — Sont-ce les bons ou les mauvais Esprits qui accordent ces faveurs ?

1 « Les uns et les autres ; cela dépend de l’intention ; 2 mais plus souvent ce sont les Esprits qui veulent vous entraîner au mal et qui y trouvent un moyen facile dans les jouissances que procure la fortune. »


534 Lorsque des obstacles semblent venir fatalement s’opposer à nos projets, serait-ce par l’influence de quelque Esprit ?

1 « Quelquefois les Esprits ; d’autres fois, et le plus souvent, c’est que vous vous y prenez mal. 2 La position et le caractère influent beaucoup. Si vous vous obstinez dans une voie qui n’est pas la vôtre, les Esprits n’y sont pour rien ; c’est vous qui êtes votre propre mauvais génie. »


535 Quand il nous arrive quelque chose d’heureux, est-ce notre Esprit protecteur que nous devons remercier ?

« Remerciez surtout Dieu, sans la permission de qui rien ne se fait, puis les bons Esprits qui ont été ses agents. »


a — Qu’arriverait-il si on négligeait de le remercier ?

« Ce qui arrive aux ingrats. »


b — Cependant, il y a des gens qui ne prient, ni ne remercient, et à qui tout réussit ?

« Oui, mais il faut voir la fin ; ils payeront bien cher ce bonheur passager qu’ils ne méritent pas, car plus ils auront reçu, plus ils auront à rendre. »


Action des Esprits sur les phénomènes de la nature.


536 Les grands phénomènes de la nature, ceux que l’on considère comme une perturbation des éléments, sont-ils dus à des causes fortuites, ou bien ont-ils tous un but providentiel ?

« Tout a une raison d’être, et rien n’arrive sans la permission de Dieu. »


a — Ces phénomènes ont-ils toujours l’homme pour objet ?

1 « Quelquefois, ils ont une raison d’être directe pour l’homme, 2 mais souvent aussi ils n’ont pas d’autre objet que le rétablissement de l’équilibre et de l’harmonie des forces physiques de la nature. »


b — Nous concevons parfaitement que la volonté de Dieu soit la cause première, en cela comme en toutes choses, mais comme nous savons que les Esprits ont une action sur la matière, et qu’ils sont les agents de la volonté de Dieu, nous demandons si certains d’entre eux n’exerceraient pas une influence sur les éléments pour les agiter, les calmer ou les diriger.

1 « Mais c’est évident ; cela ne peut être autrement ; 2 Dieu ne se livre pas à une action directe sur la matière ; il a ses agents dévoués à tous les degrés de l’échelle des mondes. »


537 La mythologie des Anciens est entièrement fondée sur les idées spirites, avec cette différence qu’ils regardaient les Esprits comme des divinités ; or, ils nous représentent ces dieux ou ces Esprits avec des attributions spéciales ; ainsi, les uns étaient chargés des vents, d’autres de la foudre, d’autres de présider à la végétation, etc. ; cette croyance est-elle dénuée de fondement ?

« Elle est si peu dénuée de fondement, qu’elle est encore bien au-dessous de la vérité. »


a — Par la même raison, il pourrait donc y avoir des Esprits habitant l’intérieur de la terre et présidant aux phénomènes géologiques ?

1 « Ces Esprits n’habitent pas positivement la terre, 2 mais ils président et dirigent selon leurs attributions. 3 Un jour, vous aurez l’explication de tous ces phénomènes et vous les comprendrez mieux. »


538 Les Esprits qui président aux phénomènes de la nature forment-ils une catégorie spéciale dans le monde spirite ? Sont-ce des êtres à part ou des Esprits qui ont été incarnés comme nous ?

« Qui le seront ou qui l’ont été. »


a — Ces Esprits appartiennent-ils aux ordres supérieurs ou inférieurs de la hiérarchie spirite ?

1 « C’est selon que leur rôle est plus ou moins matériel ou intelligent ; 2 les uns commandent, les autres exécutent ; 3 ceux qui exécutent les choses matérielles sont toujours d’un ordre inférieur, chez les Esprits, comme chez les hommes. »


539 Dans la production de certains phénomènes, des orages par exemple, est-ce un seul Esprit qui agit, ou se réunissent-ils en masse ?

« En masses innombrables. »


540 Les Esprits qui exercent une action sur les phénomènes de la nature agissent-ils avec connaissance de cause, en vertu de leur libre arbitre, ou par une impulsion instinctive ou irréfléchie ?

1 « Les uns oui, les autres non. 2 Je prends une comparaison ; figure-toi ces myriades d’animaux qui, peu à peu, font sortir de la mer des îles et des archipels ; crois-tu qu’il n’y ait pas là un but providentiel, et que cette transformation de la surface du globe ne soit pas nécessaire à l’harmonie générale ? Ce ne sont pourtant que des animaux du dernier degré qui accomplissent ces choses tout en pourvoyant à leurs besoins et sans se douter qu’ils sont les instruments de Dieu. 3 Eh bien ! de même, les Esprits les plus arriérés sont utiles à l’ensemble ; tandis qu’ils s’essayent à la vie, et avant d’avoir la pleine conscience de leurs actes et leur libre arbitre, ils agissent sur certains phénomènes dont ils sont les agents à leur insu ; 4 ils exécutent d’abord ; plus tard, quand leur intelligence sera plus développée, ils commanderont et dirigeront les choses du monde matériel ; 5 plus tard encore, ils pourront diriger les choses du monde moral. 6 C’est ainsi que tout sert, tout s’enchaîne dans la nature, depuis l’atome primitif jusqu’à l’archange, qui lui-même a commencé par l’atome ; 7 admirable loi d’harmonie dont votre esprit borné ne peut encore saisir l’ensemble. »


Les Esprits pendant les combats.


541 Dans une bataille y a-t-il des Esprits qui assistent et soutiennent chaque parti ?

1 « Oui, et qui stimulent leur courage. »


2 Tels, jadis, les Anciens nous représentaient les dieux prenant parti pour tel ou tel peuple. Ces dieux n’étaient autres que des Esprits représentés sous des figures allégoriques.


542 Dans une guerre, la justice est toujours d’un côté ; comment des Esprits prennent-ils parti pour celui qui a tort ?

« Vous savez bien qu’il y a des Esprits qui ne cherchent que la discorde et la destruction ; pour eux, la guerre, c’est la guerre : la justice de la cause les touche peu. »


543 Certains Esprits peuvent-ils influencer le général dans la conception de ses plans de campagne ?

« Sans aucun doute, les Esprits peuvent influencer pour cet objet comme pour toutes les conceptions. »


544 De mauvais Esprits pourraient-ils lui susciter de mauvaises combinaisons en vue de le perdre ?

1 « Oui ; mais n’a-t-il pas son libre arbitre ? 2 Si son jugement ne lui permet pas de distinguer une idée juste d’une idée fausse, il en subit les conséquences, et il ferait mieux d’obéir que de commander. »


545 Le général peut-il, quelquefois, être guidé par une sorte de seconde vue, une vue intuitive qui lui montre d’avance le résultat de ses combinaisons ?

1 « Il en est souvent ainsi chez l’homme de génie ; c’est ce qu’il appelle l’inspiration, et fait qu’il agit avec une sorte de certitude ; 2 cette inspiration lui vient des Esprits qui le dirigent et mettent à profit les facultés dont il est doué. »


546 Dans le tumulte du combat, que deviennent les Esprits qui succombent ? S’y intéressent-ils encore après leur mort ?

1 « Quelques-uns s’y intéressent, d’autres s’en éloignent. »


2 Dans les combats, il arrive ce qui a lieu dans tous les cas de mort violente : au premier moment l’Esprit est surpris et comme étourdi, et ne croit pas être mort ; il lui semble encore prendre part à l’action ; ce n’est que peu à peu que la réalité lui apparaît.


547 Les Esprits qui se combattaient étant vivants, une fois morts se reconnaissent-ils pour ennemis et sont-ils encore acharnés les uns contre les autres ?

1 « L’Esprit, dans ces moments-là, n’est jamais de sang-froid ; au premier moment il peut encore en vouloir à son ennemi et même le poursuivre ; 2 mais quand les idées lui sont revenues, il voit que son animosité n’a plus d’objet ; 3 cependant, il peut encore en conserver les traces plus ou moins selon son caractère. »


a — Perçoit-il encore le bruit des armes ?

« Oui, parfaitement. »


548 L’Esprit qui assiste de sang-froid à un combat, comme spectateur, est-il témoin de la séparation de l’âme et du corps, et comment ce phénomène se présente-t-il à lui ?

1 « Il y a peu de morts tout à fait instantanées. La plupart du temps, l’Esprit dont le corps vient d’être frappé mortellement n’en a pas conscience sur le moment ; 2 quand il commence à se reconnaître, c’est alors qu’on peut distinguer l’Esprit qui se meut à côté du cadavre ; 3 cela paraît si naturel que la vue du corps mort ne produit aucun effet désagréable ; 4 toute la vie étant transportée dans l’Esprit, lui seul attire l’attention ; c’est avec lui qui l’on converse, ou à lui que l’on commande. »


Des pactes.


549 Y a-t-il quelque chose de vrai dans les pactes avec les mauvais Esprits ?

1 « Non, il n’y a pas de pactes, 2 mais une mauvaise nature sympathisant avec de mauvais Esprits. 3 Par exemple : tu veux tourmenter ton voisin, et tu ne sais comment t’y prendre ; alors tu appelles à toi des Esprits inférieurs qui, comme toi, ne veulent que le mal et pour t’aider veulent que tu les serves dans leurs mauvais desseins ; 4 mais il ne s’ensuit pas que ton voisin ne puisse se débarrasser d’eux par une conjuration contraire et par sa volonté. 5 Celui qui veut commettre une mauvaise action appelle par cela même de mauvais Esprits à son aide ; il est alors obligé de les servir comme eux le font pour lui, car eux aussi ont besoin de lui pour le mal qu’ils veulent faire. C’est seulement en cela que consiste le pacte. »


6 La dépendance où l’homme se trouve quelquefois à l’égard des Esprits inférieurs provient de son abandon aux mauvaises pensées qu’ils lui suggèrent, et non de stipulations quelconques entre eux et lui. 7 Le pacte, dans le sens vulgaire attaché à ce mot, est une allégorie qui peint une mauvaise nature sympathisant avec des Esprits malfaisants.


550 Quel est le sens des légendes fantastiques d’après lesquelles des individus auraient vendu leur âme à Satan pour en obtenir certaines faveurs ?

1 « Toutes les fables renferment un enseignement et un sens moral ; votre tort est de les prendre à la lettre. 2 Celle-ci est une allégorie qui peut s’expliquer ainsi : celui qui appelle à son aide les Esprits pour en obtenir les dons de la fortune ou toute autre faveur murmure contre la Providence ; il renonce à la mission qu’il a reçue et aux épreuves qu’il doit subir ici-bas, et il en subira les conséquences dans la vie à venir. 3 Ce n’est pas à dire que son âme soit à jamais vouée au malheur ; mais puisque au lieu de se détacher de la matière, il s’y enfonce de plus en plus, ce qu’il aura eu en joie sur la terre, il ne l’aura pas dans le monde des Esprits, jusqu’à ce qu’il l’ait racheté par de nouvelles épreuves, peut-être plus grandes et plus pénibles. 4 Par son amour des jouissances matérielles, il se met sous la dépendance des Esprits impurs ; c’est entre eux et lui un pacte tacite qui le conduit à sa perte, mais qu’il lui est toujours facile de rompre avec l’assistance des bons Esprits, s’il en a la ferme volonté. »


Pouvoir occulte. — Talismans. — Sorciers.


551 Un homme méchant peut-il, à l’aide d’un mauvais Esprit qui lui est dévoué, faire du mal à son prochain ?

« Non, Dieu ne le permettrait pas. »


552 Que penser de la croyance au pouvoir qu’auraient certaines personnes de jeter des sorts ?

1 « Certaines personnes ont un pouvoir magnétique très grand dont elles peuvent faire un mauvais usage si leur propre Esprit est mauvais, et dans ce cas elles peuvent être secondées par d’autres mauvais Esprits ; 2 mais ne croyez pas à ce prétendu pouvoir magique qui n’est que dans l’imagination des gens superstitieux, ignorants des véritables lois de la nature. 3 Les faits que l’on cite sont des faits naturels mal observés et surtout mal compris. »


553 Quel peut-être l’effet des formules et pratiques à l’aide desquelles certaines personnes prétendent disposer de la volonté des Esprits ?

1 « Cet effet est de les rendre ridicules si elles sont de bonne foi ; 2 dans le cas contraire, ce sont des fripons qui méritent un châtiment. 3 Toutes les formules sont de la jonglerie ; 4 il n’y a aucune parole sacramentelle, aucun signe cabalistique, aucun talisman qui ait une action quelconque sur les Esprits, 5 car ceux-ci ne sont attirés que par la pensée et non par les choses matérielles. »


a — Certains Esprits n’ont-ils pas eux-mêmes quelquefois dicté des formules cabalistiques ?

1 « Oui, vous avez des Esprits qui vous indiquent des signes, des mots bizarres ou qui vous prescrivent certains actes à l’aide desquels vous faites ce que vous appelez des conjurations ; 2 mais soyez bien assurés que ce sont des Esprits qui se moquent de vous et abusent de votre crédulité. »


554 Celui qui, à tort ou à raison, a confiance dans ce qu’il appelle la vertu d’un talisman, ne peut-il par cette confiance même, attirer un Esprit ; car alors c’est la pensée qui agit : le talisman n’est qu’un signe qui aide à diriger la pensée ?

1 « C’est vrai ; mais la nature de l’Esprit attiré dépend de la pureté de l’intention et de l’élévation des sentiments ; 2 or, il est rare que celui qui est assez simple pour croire à la vertu d’un talisman n’ait pas un but plus matériel que moral ; 3 dans tous les cas, cela annonce une petitesse et une faiblesse d’idées qui donne prise aux Esprits imparfaits et moqueurs. »


555 Quel sens doit-on attacher à la qualification de sorcier ?

1 « Ceux que vous appelez sorciers sont des gens, quand ils sont de bonne foi, qui sont doués de certaines facultés, comme la puissance magnétique ou la seconde vue ; 2 et alors, comme ils font des choses que vous ne comprenez pas, vous les croyez doués d’une puissance surnaturelle. Vos savants n’ont-ils pas souvent passé pour des sorciers aux yeux des gens ignorants ? »


3 Le Spiritisme et le magnétisme nous donnent la clef d’une foule de phénomènes sur lesquels l’ignorance a brodé une infinité de fables où les faits sont exagérés par l’imagination. La connaissance éclairée de ces deux sciences, qui n’en font qu’une pour ainsi dire, en montrant la réalité des choses et leur véritable cause, est le meilleur préservatif contre les idées superstitieuses, parce qu’elle montre ce qui est possible et ce qui est impossible, ce qui est dans les lois de la nature, et ce qui n’est qu’une croyance ridicule.


556 Certaines personnes ont-elles véritablement le don de guérir par le simple attouchement ?

1 « La puissance magnétique peut aller jusque là quand elle est secondée par la pureté des sentiments et un ardent désir de faire le bien, car alors les bons Esprits viennent en aide ; 2 mais il faut se défier de la manière dont les choses sont racontées par des personnes trop crédules ou trop enthousiastes, toujours disposées à voir du merveilleux dans les choses les plus simples et les plus naturelles. 3 Il faut aussi se défier des récits intéressés de la part de gens qui exploitent la crédulité à leur profit. »


Bénédiction et malédiction.


557 La bénédiction et la malédiction peuvent-elles attirer le bien et le mal sur ceux qui en sont l’objet ?

1 « Dieu n’écoute point une malédiction injuste, et celui qui la prononce est coupable à ses yeux. 2 Comme nous avons les deux génies opposés, le bien et le mal, il peut y avoir une influence momentanée, même sur la matière ; 3 mais cette influence n’a toujours lieu que par la volonté de Dieu, et comme surcroît d’épreuve pour celui qui en est l’objet. 4 Du reste, le plus souvent on maudit les méchants et l’on bénit les bons. 5 La bénédiction et la malédiction ne peuvent jamais détourner la Providence de la voie de la justice ; elle ne frappe le maudit que s’il est méchant, et sa protection ne couvre que celui qui la mérite. »



Il y a deux images de ce chapitre dans le service Google - Recherche de livres (Deuxième édition - 1860) et (Quatorzième édition - 1866)


.

Ouvrir