Bible du Chemin Testament Kardecien ©

Revue spirite — Année I — Décembre 1858

 <<< 


Entretiens familiers d’Outre-tombe


UNE VEUVE DU MALABAR n

Nous avions le désir d’interroger une de ces femmes de l’Inde  †  qui sont dans l’usage de se brûler sur le corps de leur mari. N’en connaissant pas, nous avions demandé à saint Louis s’il voudrait nous en envoyer une qui fût en état de répondre à nos questions d’une manière un peu satisfaisante. Il nous répondit qu’il le ferait volontiers dans quelque temps. Dans la séance de la Société du 2 novembre 1858, M. Adrien, médium voyant, en vit une toute disposée à parler et dont il fit le portrait suivant :

Yeux grands, noirs, teinte jaune dans le blanc ; figure arrondie ; joues rebondies et grasses ; peau jaune safran bruni ; cils longs, sourcils arqués, noirs, nez un peu fort et légèrement aplati ; bouche grande et sensuelle ; belles dents, larges et plates ; cheveux plats, abondants, noirs et épais de graisse. Corps assez gros, trapu et gras. Des foulards l’enveloppent en laissant la moitié de la poitrine nue. Bracelets aux bras et aux jambes.


1. Vous rappelez-vous à peu près à quelle époque vous viviez dans l’Inde, et où vous vous êtes brûlée sur le corps de votre mari ? — R. Elle fait signe qu’elle ne se le rappelle pas. — Saint Louis répond qu’il y a environ cent ans.

2. Vous rappelez-vous le nom que vous portiez ? — R. Fatime.

3. Quelle religion professiez-vous ? — R. Le mahométisme.

4. Mais le mahométisme ne commande pas de tels sacrifices ? — R. Je suis née musulmane, mais mon mari était de la religion de Brahma. J’ai dû me conformer à l’usage du pays que j’habitais. Les femmes ne s’appartiennent pas.

5. Quel âge aviez-vous quand vous êtes morte ? — R. J’avais, je crois environ vingt ans.


Remarque. — M. Adrien fait observer qu’elle en paraît avoir au moins vingt-huit à trente ; mais que dans ce pays les femmes vieillissent plus vite.


6. Vous êtes-vous sacrifiée volontairement ? — R. J’aurais préféré me marier à un autre. Réfléchissez bien, et vous concevrez que nous pensons toutes de même. J’ai suivi la coutume ; mais au fond j’aurais préféré ne pas le faire. J’ai attendu plusieurs jours un autre mari, et personne n’est venu ; alors j’ai obéi à la loi.

7. Quel sentiment a pu dicter cette loi ? — R. Idée superstitieuse. On se figure qu’en se brûlant on est agréable à la Divinité ; que nous rachetons les fautes de celui que nous perdons, et que nous allons l’aider à vivre heureux dans l’autre monde.

8. Votre mari vous a-t-il su gré de votre sacrifice ? — R. Je n’ai jamais cherché à revoir mon mari.

9. Y a-t-il des femmes qui se sacrifient ainsi de gaîté de cœur ? — R Il y en a peu ; une sur mille, et encore, au fond, elles ne voudraient pas le faire.

10. Que s’est-il passé en vous au moment où la vie corporelle s’est éteinte ? — R. Le trouble ; j’ai eu un brouillard, et puis je ne sais ce qui s’est passé. Mes idées n’ont été débrouillées que bien longtemps après. J’allais partout, et cependant je ne voyais pas bien ; et encore maintenant, je ne suis pas entièrement éclairée ; j’ai encore bien des incarnations à subir pour m’élever ; mais je ne brûlerai plus… Je ne vois pas la nécessité de se brûler, de se jeter au milieu des flammes pour s’élever…, surtout pour des fautes que l’on n’a pas commises ; et puis on ne m’en a pas su plus de gré… Du reste je n’ai pas cherché à le savoir. Vous me ferez plaisir en priant un peu pour moi ; car je comprends qu’il n’y a que la prière pour supporter avec courage les épreuves qui nous sont envoyées… Ah ! si j’avais la foi !

11. Vous nous demandez de prier pour vous ; mais nous sommes chrétiens, et nos prières pourraient-elles vous être agréables ? — R. Il n’y a qu’un Dieu pour tous les hommes.


Remarque. — Dans plusieurs des séances suivantes, la même femme a été vue parmi les Esprits qui y assistaient. Elle a dit qu’elle venait pour s’instruire. Il paraît qu’elle a été sensible à l’intérêt qu’on lui a témoigné, car elle nous a suivis plusieurs fois dans d’autres réunions et même dans la rue.



Il y a une image de ce article dans le service Google - Recherche de livres (Revue Spirite 1858).


[1] Le Malabar - appelé aussi Côte de Malabar - est une région située sur la côte du sud-ouest de la péninsule indienne et qui forme la partie nord de l'état actuel du Kerala..  † 


.

Ouvrir